Vivre sa passion dans son travail

by Jacques M. et Sébastien F. on 9 novembre 2014

Lorsqu'on regarde autour de soi, on peut se demander ce que signifie réellement l'expression "Vivre sa passion dans son travail" dans un monde où beaucoup de personnes se trouvent sans emploi et dans lequel ceux qui en ont un, travaillent parfois dans des conditions insatisfaisantes, voire inhumaines. Il règne souvent un certain décalage entre une activité professionnelle et le mal vécu de notre propre conception. Ceci a pour effet d'engendrer une certaine frustration qu'il va falloir subir faute de la transformer en un sens créatif afin de retrouver un certain plaisir pouvant devenir une véritable passion.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas un optimiste de naissance. Ma vision est plutôt axée vers un certain réalisme.... et tout ce qui nous entoure, à commencer par les médias, sont là pour conforter cet aspect destructeur. Cependant, après avoir multiplié bon nombre d'expériences sur moi-même, je peux vous affirmer qu'il n'en est rien et qu'il existe plusieurs façons d'inverser le cours des choses. C'est ce que je vais essayer de vous démontrer en évoquant un exemple vécu qui va peut-être vous faire prendre conscience que « Vivre sa passion dans son travail » n'est pas une utopie et qu'il ne tient qu'à vous de remporter le pari.

 

partenaire

 

Déjà, comme vous avez pu le remarquer, j'emploie souvent le pronom personnel « je » dans la plupart de mes articles, non pas pour me considérer comme important, mais pour la simple et bonne raison que j'ai la certitude qu'il faut d'abord être responsable de ses propres propos, même si ceux-ci sont opposés à ceux des autres. Partant également du principe que chacun peut détenir une facette de la Vérité absolue, lesdits propos n'engagent que moi-même en acceptant toute critique constructive en cas d'erreur ou désaccord avec ceux-ci. Chacun doit être respecté pour ses idées et ses options qu'elles soient politiques, religieuses ou philosophiques en excluant toute allusion haineuse. Et si j'en suis arrivé à la conclusion que personne n'a totalement tort ou raison, c'est parce que j'ai toujours considéré qu'il y avait des limites à ne pas franchir sous le fallacieux prétexte de la tolérance et de la liberté absolue. L'absolu n'existe pas, tout est relatif et en constante mutation.

 

Pour imager mon propos, je prendrais l'exemple : de Galilée et de Newton.

.

  • le premier fut « tourmenté » pour avoir été en désaccord avec les sciences de l'époque. Non, la Terre n'était pas le centre de l'univers ; non, elle n'était pas plate....et elle tournait.
  • le second est toujours le père de la Physique classique avec la Loi de la gravitation. Mais depuis la découverte de la Mécanique quantique, « ce qui est en bas n'est plus comme ce qui est en haut ».
    Le Microcosme n'obéit pas aux mêmes lois que le Macrocosme. À certains égards, la Mécanique Quantique relativise la loi de la relativité d'Einstein.
    Il est donc illusoire de croire que des principes bien établis dans notre mental vont durer éternellement. Tout n'est qu'apparence fortuite. Sur ce point, nous avons beaucoup à apprendre des Orientaux.

 

Mais pourquoi vous dire tout cela alors que le sujet traite du vécu dans le travail, de ce travail qui nous permet de vivre, de nous distraire et de s'occuper des nôtres ? Simplement, parce que ce sujet fait partie d'un tout et s'emboîte dans la vie comme pourrait le faire une poupée russe.
Contrairement aux formules magiques proposées par quelques charlatans qui vont vous proposer de faire fortune en quinze jours, vous faire croire qu'on devient expert en une semaine de formation (payante bien sûr), je ne vous promets rien dans cet article qui ne soit en dehors de vos possibilités et ceci gratuitement puisque vous avez en vous tous les outils pour le faire.

"Si vous êtes dans le pétrin et
que vous voulez en sortir,

faîtes comme je l'ai fait car il
n'existe pas de formules magiques ...
"

.

Si vous êtes dans le pétrin et que vous voulez en sortir, faîtes comme je l'ai fait moi-même car il n'existe pas de formules magiques et si par hasard, vous relisez la Bible, vous verrez que même ceux qui étaient considérés comme des « élus » ont dû payer très cher leur promotion. L'épreuve fait partie de la vie et la vie est faite d'épreuves. Il faut donc faire avec mais rebondir et ne pas s'enfoncer dans le fatalisme.

.

Pour cela, il existe des « outils » (mot appartenant au monde manuel dans une époque où tout semble s'en éloigner) très simples à utiliser sans, souvent, trop solliciter de son environnement car dans un contexte d'assistanat et non de solidarité, la réciprocité se limite à seulement quelques individus qui vous viendront en aide au moment où vous serez "en prison". J'ai eu l'occasion, dans le passé, de rédiger un article sur l'attirance et la répulsion en fonction de la conjoncture dans laquelle on peut se trouver. C'est assez édifiant !

.

No-problem

.

.

Pour imager mes propos et répondre à la question : « Comment vivre sa passion dans son travail »

.

Je pense qu'il est utile de piocher parmi mes souvenirs personnels. Chaque « tranche de vie » est d'ailleurs un moyen de tirer une leçon du vécu et de rectifier son attitude, ses pensées et ses actes pour prendre de meilleures décisions. J'insiste toujours sur le mot de « vécu » car je ne vois pas comment on peut parler d'un sujet aussi délicat sans y avoir pris part. OK, j'ai rencontré des gens que cela ne gênait nullement...pour eux le « paraître » était préférable à « être » mais attention au retour de bâton ! On peut tromper une fois mais pas deux et détruire en quelques secondes ce que l'on a construit en plusieurs années avec ce procédé.

.

Chacun de nous regorge de « talents », de dispositions, de possibilités : pourquoi faire semblant de l'ignorer ? Pourquoi ne pas les mettre en pratique dans un but personnel et altruiste ?

.

Première condition:

"Toujours être d'un tempérament
curieux et avide d'apprendre dans
la créativité et l'innovation, un peu comme
l'étaient les Humanistes de la Renaissance ..."

.

Toujours être d'un tempérament curieux et avide d'apprendre dans la créativité et l'innovation, un peu comme l'étaient les Humanistes de la Renaissance. Certes, à l'époque, un homme studieux pouvait s'approprier toutes les connaissances « connues » de son temps. Mais ce n'est pas une raison pour baisser les bras.

.

Aujourd'hui, nous savons que c'est impossible avec les nouvelles découvertes scientifiques, technologiques et intellectuelles. Il faut choisir son créneau en sachant que malgré nos « grosses têtes », il existe des activités du passé que nous serions bien incapables de traiter. Nous sommes avec nos limites et ces limites nous éloignent de plus en plus de notre environnement naturel. Nous nous fabriquons, « on » nous fabrique un monde détaché de toute humanité, un monde artificiel fait à base de « pilules » à avaler.

.

Le résultat de ce constat fait que beaucoup renoncent à aller au-delà du minimum, à se limiter à une simple fiche de fonction créée parfois par des technocrates qui ignorent complètement la nature poste en question. Parfois cette fiche a été générée par un Directeur ou un Président soucieux seulement d'établir son autorité en limitant inconsciemment (du moins je l'espère) le développement professionnel de ses employés. Certains y verront aussi le fameux adage « diviser pour régner » qui, bien que vieillot, perdure toujours dans bon nombre de sociétés que j'ai eu l'occasion de visiter . Si Voltaire avait dit : « comme une orange, on presse le jus et on jette l'écorce », c'est parce qu'il en avait été victime lui-même.

.

Ainsi, il nous arrive parfois de rencontrer une situation conflictuelle entre le développement personnel et la contrainte imposée par une hiérarchie qui ne souhaite pas faire le distinguo. Le résultat est que l'Entreprise sacrifie sa richesse intérieure, son Personnel, pour aboutir tôt ou tard à un certain discrédit avec des services mal adaptés et des employés qui considèrent que travailler dans cette ambiance est un vrai cauchemar. Il faut refuser cela et, si on ne vous sollicite pas, il ne faut pas hésiter à en parler plus haut en démontrant combien l'extension des connaissances peut apporter de la valeur ajoutée à l'entreprise dans laquelle nous travaillons. Croyez bien qu'un Directeur préférera diriger une Société axée sur le progrès, plus que vers la décadence.

.

Renaissance

.

Deuxième condition:

.

Ceci m'amène à parler de la communication qui, n'en déplaise à certains, est souvent inexistante entre la clientèle de la Société et les différentes composantes hiérarchiques de celle-ci. La complexité des tâches engendrant une multitude de structures fait que bien souvent la communication ne passe pas. Généralement vous aboutissez à une plate-forme téléphonique qui vous renvoie vers un correspondant anonyme qui vous renvoie vers un autre etc... pour finalement obtenir une communication coupée au moment où vous alliez, peut-être atteindre le bon interlocuteur. À cela, j'ajouterai qu'en France, nous avons trouvé le moyen de créer des appels surtaxés pour obtenir un renseignement basique : il n'y a pas de petits profits. Mais cela n'arrange pas les choses.

.

Oui, je sais que les « FAQ » (Foire à questions) existent sur bon nombre de sites internet... mais le problème c'est que votre question ne figure jamais dedans. Impossible d'avoir une adresse e-mail : c'est une question, paraît-il, de sécurité....Certains d'ailleurs s'accordent à penser qu'une boîte à lettres traditionnelle est plus sécurisée qu'Internet, comme si le facteur ne pouvait pas se tromper de case ou si le digicode était toujours accessible. Contactez les Prestataires qui vous concernent et voyez, à travers un téléphone, avec qui vous dialoguez. Vous verrez que la délégation se fait à votre insu et que vos informations personnelles sont communiquées à des Tiers qui, bien souvent, les revendent ailleurs.

.

"Nous sommes plus que
des prospects potentiels ...
"

 

.

Pour ma part, j'ai tout le temps refusé ce type de communication qui n'en est pas une : nous sommes devenus des prospects potentiels, des appâts pour ceux dont la tendance va vers la formation de microcellules stratifiées les unes au-dessus des autres et souvent étanches entre elles. Cela rappelle un peu la distinction entre le « mess des officiers », le « mess des sous-officiers » et le « réfectoire » pour les autres. Dans mon ancien métier la « cantine » s'est par la suite transformée en « restaurant d'entreprise », c'était plus "esthétique" mais le menu restait le même : on avait seulement changé le nom de l'auberge et l'on pensait avoir progressé. Cette discrimination avait, certes, un aspect archaïque mais n'est-il pas toujours présent dans les esprits en évoquant les appellations : « Cadre », « Agent de maîtrise », « Exécution » ? Est-on né(e) cadre ou agent d'exécution ? Tout semble le faire croire....et pourtant, cette vison est complètement erronée, pour en avoir fait moi-même l'expérience.

.

Potentiels

.



.

.

Chacun de nous a le pouvoir de retirer cette fausse croyance.

.

Si je l'ai fait, d'autres peuvent le faire.

.

J'ai toujours su que les informations étaient distribuées sélectivement ou pouvaient même être déformées, sciemment ou non, en fonction de la longueur de la chaîne de transmission. On obtenait alors un résultat analogue à l'histoire que beaucoup connaissent de l'ingénieur qui avait marché sur la queue d'un chat.
Qui, tout jeune, n'a pas participé à ce jeu qui consiste à lâcher un mot dans l'oreille de son voisin qui en fera de même jusqu'à ce que ce mot revienne dans l'oreille de son émetteur. Nul besoin de dire combien la communication est importante pour être bien compris ou bien entendre.

.

Si je respecte les valeurs avancées par Confucius qui vivait au Vème siècle avant JC et qui disait que chacun devait avoir sa place dans la société au même titre qu'une fonction adaptée à son statut (un Grand Vizir ne peut prendre la place du Calife : it's not good), il me semble que dans une société dynamique, ces préceptes doivent être remplacés par une formation continue pour faire face aux nouvelles technologies d'une part et aux besoins croissants de notre Société au sens large du terme.

.

Un accès restreint à l'information est un mur qu'il faut franchir. Pour cela il existe un moyen efficace: la curiosité. Pour aller plus loin, voir autre chose que le train-train quotidien, il faut passer le mur. Et c'est facile ...
Quand j'ai commencé à travailler, j'avais tout juste 18 ans. J'avais dû couper mes études au niveau du bac par nécessité et mon lieu de travail se limitait à un bureau vieillot dans un immeuble cour du Centre de Paris dont les deux fenêtres donnaient sur le mur gris et décrépi de celui d'en face : un vrai régal ! Été comme hiver, il fallait allumer la pièce pour y voir clair. Certes,  je touchais mes 341 FF par mois mais travailler dans ces conditions éternellement : jamais ...

.

J'étais ce qu'on appelait un « employé aux écritures », le seul de la Division avec 150 ouvriers, deux Agents de maîtrise et deux Cadres. Mon travail consistait à créer un fichier, rue par rue, des panneaux de signalisation routière dont nous assurions la gestion et l'entretien pour le compte de la Ville. Notre division couvrait un bon quart de la Capitale.

.

Au début, je recevais les feuillets que les chefs d'équipe me remettaient pour les reporter, avec mon « Underwood » sur des fiches cartonnées, classées selon un répertoire dans d'affreux meubles métalliques de couleur vert très foncé.

.

"Sans motivation, on ne peut
s'épanouir et on ne peut être heureux"

.

.

Ce fut au début un travail de copie sans plus, sans intérêt véritable car je n'éprouvais aucune passion pour écrire le nom de rues que je ne connaissais pas. Après tout, des rues de la République ou Jean Jaurès, il y en avait partout.....bref, il me manquait alors la «motivation».

.

motivation

.

.

Sans motivation, on ne peut s'épanouir et on ne peut être heureux. Même dans son travail, il faut avoir des objectifs pour évoluer et la motivation est un outil extraordinaire pour les atteindre. C'est pourquoi, il faut absolument franchir le pas....et tant pis si cela ne plaît pas à certains (jalousie). C'est votre bien-être qui en dépend et si vous êtes bien dans votre peau, ce sera tout bénéfice pour les autres. Donc, pas d'hésitation....avancez en ce sens. Posez des questions, beaucoup de questions pour vous forger votre opinion personnelle ensuite.

.

Je me souviens que dans ce même bureau il y avait : l'Adjoint au Chef de Division, l'Agent Technique et la Secrétaire. Chacun avait bien sûr sa fonction propre mais c'est à la Secrétaire que je dois mon sens et mon goût pour l'organisation, la discipline dans le travail. Je dois reconnaître qu'elle a parfois eu du fil à retordre avec moi et je m'en veux un peu de l'avoir fait tourner en bourrique.... mais, à 18 ans, on a parfois une attitude contestable pour s'affirmer.

.

Quoiqu'il en soit, c'est elle qui m'avait appris le secrétariat : tri des notes de services (que je lisais au passage), traitement du courrier, gestion des fournitures et des équipements, calcul des heures supplémentaires et distribution de la paie (qu'il fallait aller chercher à la Caisse d'une Agence) etc etc.. Lorsque venait l'époque des vacances ou des absences, c'était moi qui prenait le relais. J'avais acquis la reconnaissance de mes "Supérieurs".

.

C'est ainsi que j'ai connu tous ceux qui travaillaient là où j'étais, depuis le Chef du Service jusqu'aux terrassiers en passant par les Chefs d'équipe et les contremaîtres. J'ai pu ainsi rencontrer un monde totalement inconnu pour moi auparavant : une base psychologique extraordinaire me démontrant que je n'étais pas seul dans l'univers.

.

"Il y avait des bons et des méchants,
des durs, des bagarreurs, des vicieux et
des super intelligents dans
des fonctions inadaptées ...
"

.

 

Il y avait des bons et des méchants, des durs, des bagarreurs, des vicieux et des super intelligents dans des fonctions souvent inadaptées à leur « QI » mais qui avaient passé une grande partie de leur vie devant des fours à coke en éclusant leurs six litres de rouge dans la matinée. Quel gâchis pour ces hommes qui, par ailleurs, avaient un cœur en or et qui répondaient toujours présents lorsque j'en avais besoin. Ils étaient solidaires les uns des autres dans la difficulté, dans les accidents qui pouvaient se produire : je me suis mis à les apprécier pour leur franchise parfois un peu brutale et à mieux comprendre leurs besoins en respectant leur dignité parfois ébréchée par les épreuves de la vie.

.

Il en fut de même avec l'Agent Technique qui m'avait initié à son travail voyant l'intérêt que je portais sur son rôle. Avec moi, tout commençait par : « Est que tu veux que je t'aide. J'ai fini mon travail et je suis disponible... » et la réponse était toujours positive. Je n'étais pas masochiste pour autant mais pendant ses congés, l'Adjoint me donnait une partie du travail de celui-ci....ce qu'il ne souhaitait pas faire. Mais peu importe, je faisais autre chose que la routine. Par la suite, d'autres divisions me sollicitaient pour remplacer, temporairement les leurs. Je devenais presque un passage obligé, celui qui pouvait effectuer un intérim.

.

Gens

.

Grâce à cela, j'avais appris à facturer les illuminations des monuments publics, à lire et modifier les « statistiques » des rues, ces plans sur lesquels figurent tous les réseaux, les galeries, les souterrains et les métros. J'avais acquis des notions de Physique et des informations palpables sur le matériel employé, sur le stockage, sur les demandes  à faire au Groupe Achat du Centre.

.

Entre-temps, j'avais réussi à modifier mon statut de gestionnaire des fameux panneaux de signalisation. Pour cela, j'avais profité d'un incident : un des feuillets qui m'avaient remis avait comporté des inexactitudes que le Maître d’œuvre avait refusé. Ce refus avait eu des retombés et pour éviter que cela aille plus loin, il fallait que quelqu'un vérifie et ce quelqu'un fut tout naturellement moi....
Après trois mois de claustrophobie, je me trouvais enfin libre dans les rues de Paris que j'allais pouvoir explorer....Nous étions en Février 62 : il faisait froid, il gelait même, mais peu importe : j'avais trouvé une motivation.

.

Pendant quatre ans, j'ai ainsi arpenté chaque rue de la capitale...en relevant les panneaux et leurs plaquettes qui parfois étaient assez difficiles à lire et à comprendre pour un automobiliste de passage. Je me souviens de celle-ci : « Interdit de stationner du 1er au 15 du mois et de 8h à 12h les lundis et mercredis sauf pour les commerçants du marché et du 16 à la fin du mois entre 10 et 15h sauf pour les riverains » : de quoi créer un bel embouteillage.
Par la suite, on avait étendu mes responsabilités par les rendez-vous de chantiers avec les Ingénieurs de la Ville pour qui il fallait supprimer, modifier ou implanter de nouvelles signalisations : je maîtrisais ainsi tous les niveaux de la procédure pour effectuer un travail correct sans hésitation. Du côté de l'exécution des travaux, je travaillais de concert avec un Chef d'équipe et huit ouvriers: Nous nous entendions à la perfection. Aujourd'hui, la majorité d'entre eux ne sont plus de ce monde...mais ils demeurent toujours présents dans ma mémoire. Cinquante ans après, je me souviens du nom de chacun d'entre eux et des bons moments passés ensemble. Ils m'ont appris ce qu'était le vrai travail en équipe et mes premières applications de la caractérologie datent de cette période. Ils ont développé en moi le goût des longues marches et la découverte de ce que nous appelions le « sirop de la rue » avec ses magasins, ses monuments, ses animations....c'est à partir de ce moment-là que j'ai pris goût aux voyages parfois bien rudimentaires mais qui m'ont conduit dans de nombreux pays pour y rencontrer d'autres Cultures, d'autres modes de pensée. Ce fut pour moi une ouverture, un moment où tout était possible, quel que soit l'obstacle à surmonter. Cette étincelle est devenu un vrai feu d'artifice au fil des ans et, malgré le temps qui passe, je n'en suis qu'à mes débuts.

"Tout était possible, quel que soit
l'obstacle à surmonter"

.

Dès lors, je n'ai plus eu qu'un seul but : aller plus loin, encore plus loin, toujours plus loin pour me tester d'abord moi-même et me conforter pour mieux vaincre mes hésitations.
De petit employé, je suis passé, quatre ans plus tard, à 22 ans, dans la Maîtrise comme Agent technique au Service Achat pour les mêmes panneaux de signalisation que j'installais auparavant. Ce fut de mauvaise grâce que le Service de la comptabilité générale qui me réclamait à l'époque, fut contraint de lâcher prise mais, il n'y avait pas à discuter.... la même chose s'est reproduit dix ans plus tard lorsque, Inspecteur de contentieux, on me demanda d'occuper un poste commercial. La vie est faite d'opportunités qu'il faut toujours saisir au passage.

.

Possible

.

Le temps a passé pour moi comme un long fleuve agité, agité par la permanence des changements dû à mes « vies parallèles » : mon métier, des cours par correspondance et en Fac, des implications dans des Mouvements de jeunes ou culturels et ma vie familiale. Tout ceci a nécessité un équilibrage harmonieux sinon c'eût été la catastrophe.
Par contre, j'avais parfaitement conscience que le temps passé hors du lieu de travail devait être récupéré le lendemain. À cette époque, aller suivre des cours à la Fac de Droit où je prenais souvent des notes, debout, pendant trois heures chaque soir, y compris le samedi, avait le même effet sur mon chef direct que si j'avais été au cinéma : au lieu de commencer mon travail à 8h du matin, je devais l'avancer d'une heure. Mais pour ma part : c'était normal.

.

Si certains considèrent que j'ai sacrifié une partie de ma jeunesse dans le travail et dans l'étude, que je n'ai que très rarement fréquenté les « sorties entre jeunes » en fin de semaine, que je n'avais pas le temps de rencontrer les copains de café ou ceux qui allaient voir du foot devant leur TV, je dois dire que je n'en ai aucun regret : mes activités me suffisaient et correspondaient très bien à mes aspirations. Aujourd'hui, quand je vois tout le monde, jeunes et moins jeunes, scotchés sur leur mobile ou les oreilles enflées par des écouteurs, je ne suis pas persuadé qu'ils aient une meilleure jeunesse que j'ai pu en avoir.

,

Malgré mes études parallèles, mes certificats, mes diplômes, Je suis resté et je reste avant tout un autodidacte avide de savoir, de découvrir....et je tiens beaucoup à ce qualificatif. Un beau diplôme ne dure qu'un moment. J'ai personnellement bâti mon existence dans un combat permanent contre ce qui me semblait injuste dans la vie et je me suis parfois « planté » parce que mon jugement se fondait sur de fausses croyances, celles que la société et l'éducation m'avaient imposées tout naturellement. À chaque fois que je percevais un mauvais ressenti, (une intuition diraient d'autres), je me suis aperçu qu'il fallait considérer son environnement propre. Pourtant celui-ci n'est pas toujours coupable de ce qui peut nous arriver. Bien souvent nous récoltons aujourd'hui ce que nous avons semé hier. C'est le principe de la cause à effet dont le départ commence par soi-même.

"J'ai seulement voulu, par cet exemple,
qu'on pouvait introduire de la passion à
partir d'un travail peu motivant."

.

Cette minuscule tranche vie figure parmi les nombreuses expériences que j'ai personnellement vécues. Ce n'est pas la meilleure mais tout dépend de ce que l'on entend par « meilleur ».
J'ai seulement voulu, par cet exemple, dire qu'on pouvait introduire de la passion à partir d'un travail peu motivant.

.

Passion-job



.*

S'il fallait terminer avec quelques « clés » (j'aime bien ce mot quand le verrou n'est pas fermé à l'extérieur), je dirais ceci :

.

  1. Certaines tâches comme le terrassement, le travail à la chaîne, le recopiage ne sont guère motivants et formateurs. Les « temps modernes » de Ch. CHAPLIN ou même le « Taylorisme » (OST = Organisation Scientifique du Travail) qui proposait un mode de travail axé sur la productivité et la rentabilité, laissait peu de place aux sentiments humains. La durée de vie était beaucoup plus courte qu'aujourd'hui à cause de l'épuisement et de certaines maladies professionnelles (silicose dans les mines = amiante aujourd'hui). La médecine a fait de grands progrès et l'on meurt plus de cancers, de cholestérol ou de maladies exotiques d'autrefois.
    Toutefois, il faut bien se mettre dans la tête que tout travail, aujourd'hui, a une durée limitée : on ne passe plus la totalité de sa vie dans la même fonction : ce n'est plus possible ou alors c'est parce qu'on a cet objectif (pourquoi pas?). Si ce que vous faîtes vous paraît pénible, songez que tout tunnel a une fin et qu'une opportunité va bientôt se présenter à vous.
    .

  2. Rien ne s'obtient sans un minimum d'effort. Pour cela, il faut utiliser quatre de nos cinq sens, puisque nous sommes, paraît-il, limités :
    - Écoutez tout ce qui se dit autour de vous et faîtes le tri entre le futile et l'important en fonction de vos critères de perception. Vous pourrez toujours modifier ces critères en fonction des connaissances acquises.
    - Sachez Regarder et observer votre environnement de travail et avec qui vous travaillez. Rappelez-vous mon petit témoignage...S'il ne vous plaît pas, essayez de trouver un motif pour vous en évader. Ne restez pas confiné entre quatre murs avec un travail routinier. Il faut bouger......sortir de cette fausse « zone de confort » qui vous étouffe. Il y a certainement mieux ailleurs. Pensez à SAINT-EXUPERY qui déclarait : « Faire un pas, encore un pas...c'est toujours le même pas qu'on recommence » mais c'est la meilleure façon d'avancer dans un environnement différent.
    - Sentez l'atmosphère autour de vous mais évitez de prendre part à toute discorde qui ne vous concerne pas et si on ne vous le demande pas. Ne soyez pas la «tranche de jambon » comprimée dans le sandwich. Généralement, les conflits s'arrangent d'eux-mêmes et celui qui s'interpose prend la place de la cible des deux parties ensuite. Ce genre de conflit est fréquent et n'a rien à voir avec une quelconque assistance à personne en danger.
    .

    Si quelque chose ne va pas, à tête reposée et en dehors du lieu de travail, prenez toujours une feuille de papier pour y porter vos observations. Pour ma part, j'imagine que je suis dans ce cas conflictuel : que ferai-je exactement? Devrais-je attendre que cela passe ou vaut-il mieux crever l'abcès dès le départ ?
    - Dégustez (appréciez) le « sirop de la rue » : que de découvertes vous allez faire !
    .

  3. Toute activité en cache une autre ou en est son origine. Rien ne se crée qui existe déjà mais tout peut se perdre si l'on est désordonné ou si l'on ne s'est pas fixé un but avec des objectifs précis. Improviser n'est pas toujours le bon moyen pour y parvenir. Mieux vaut rêver, avoir une idée réaliste et s'assurer un cheminement qui va de l'idée à la concrétisation. Il ne faut pas brûler les étapes mais établir une feuille de route (encore une expression à la mode quand il n'y a encore rien) avec des aires de suivi. Si une goutte d'eau n'est pas grand-chose, il faut savoir que la mer ou l'océan sont faits de gouttes d'eau et que sans elles, ce serait le désert.
    Il faut donc faire preuve d'un peu d'imagination et pourquoi pas un besoin sous-jacent que l'on a pu observer pour améliorer quelque chose ?
    .

  4. Lorsque j'étais Inspecteur de recouvrement pour des factures impayées, je faisais mes enquêtes moi-même. Cela me permettait de mieux connaître les « défaillants » et surtout de comprendre la raison pour laquelle ils ne payaient pas : un contact direct est un million de fois plus productif qu'un contact virtuel ou même par téléphone. À part deux ou trois bagarres qui m'ont permis de tester mes notions de karaté, deux ou trois « engueulades » de mécontents qui m'ont appris à garder mon sang-froid, j'ai souvent rencontré des « oublieux » et des cas vraiment désespérés. Ça, aucune technologie si fine soit-elle ne peut remplacer l'intervention humaine. La machine ne fait pas la différence entre « assistanat » et « humanité solidaire » ; l'homme si car il sait reconnaître la signification du mot « dignité ». 90% des cas rencontrés trouvaient une solution amiable et les 10% restants devaient passer au Tribunal pour, finalement, aboutir au même résultat. J'ai toujours fait en sorte pour que les cas les plus difficiles puissent s'en sortir et continuer leur travail. J'ai toujours eu de bonnes surprises ensuite : c'est l'effet du retour d'ascenseur.
    .

    Lorsque je fus nommé « négociateur » en énergie, j'ai eu le bonheur de superviser de gros chantiers comme celui du Grand-Louvre qui m'a permis de suivre les travaux des archéologues lors des fouilles. Je me suis intéressé aux « Compagnons du Devoir » qui y travaillaient également. J'ai eu accès aux archives historiques de la Ville, même si celles-ci n'étaient pas publiques etc...
    J'ai aussi travaillé pour tous les bâtiments de la Garde Républicaine. J'ai pu ainsi assister aux nombreuses répétitions à laquelle j'étais invité. J'avais réussi à me faire connaître dans ce milieu plus que spécial. J'ai même eu l'occasion de monter à cheval...
    .

    Lorsque la Bourse des valeurs est devenue informatisée, je me suis initié aux marchés financiers..... en rendant visite aussi aux Agents de change.
    Lorsque l'on m'a confié la réfection des locaux du Grand Orient de France, ceux de l’a.m.o.r.c., des synagogues ou des églises, il est évident que la curiosité aidant, je me suis intéressé à chacun d'eux.
    .

    Lorsque j'ai amorcé les travaux de la dernière ligne du RER, la réfection de certaines gares, de plusieurs ministères, écoles publiques ou immeubles bancaires, j'ai eu tout loisir de me documenter sur ce que chacun faisait et comment, à partir de là, je pouvais apporter mes modestes lumières dans certains dysfonctionnements. Même la Cour des Comptes et les bâtiments de la Sécurité Sociale sont passés entre mes mains....j'ai vécu des moments absolument passionnants.

.

Et je pourrais continuer à l'infini ces exemples pour prouver les premiers mots de cet article ne sont pas bidons :

.

 "Oui, on peut être motivé dans son travail (ou ailleurs)"

 

Oui

.

  1. - Oui, on peut être motivé dans son travail (ou ailleurs).
    .

  2. - Oui, il existe plein d'opportunités autour de nous...un archiviste peut constituer un fonds historique à partir des vieux dossiers qu'il classe ….un technicien peut créer un outil capable de résoudre un problème ou une attente....un commercial peut créer un service de fidélisation pour suivre ses clients s'il n'y en a pas....ce ne sont pas les idées qui manquent.
    .

  3. Savoir que notre réussite tient aussi du fait de notre attitude. C'est une application de la « Loi d'attraction » que je peux résumer ainsi : le négatif attire le négatif et le positif attire le positif. Cela revient à dire que si vous « agressez » un collègue, il y a de fortes chances qu'il ne vous aime pas et par conséquent ne viendra jamais à votre secours en cas de besoin.
    .

  4. Prenez conscience de « l'effet boomerang » ou encore pour les partisans de Newton : la pesanteur de la pierre lancée en l'air qui vous retombera sur la tête au moment que vous ne vous y attendez pas.
    Dans le cas contraire, vous serez étonné du résultat et du bien-être recueilli. Pensez d'abord à changer votre attitude plutôt que d'attendre que les autres changent la leur. Montrez-vous déterminé et responsable....vous deviendrez en quelque sorte un leader du savoir-être et non du « savoir paraître ». Et qui sait être, sait faire !
    .

    L'attitude mériterait un plus long développement que je résumerai par pensées, paroles et actions. Ce n'est pas un scoop et certains l'ont déjà entendu dans certains lieux de spiritualité. Chacun est libre de penser ce qu'il veut mais il faut bien admettre que cette notion devient fondamentale dès lors qu'on aborde certaines sciences comme la Mécanique quantique où les frontières se confondent très sérieusement.

    "Nous avons tous la Force suffisante
    pour changer une situation"
    .

  5. Nous avons tous la Force suffisante pour changer une situation. Nous avons tous tendance à penser que l'environnement crée l'Homme parce que nous sommes enclins à écouter notre mental. Notre mental est souvent influencé par de fausses croyances liées à notre éducation, nos habitudes sociales, notre zone de confort. En d'autres cas, certains essaient de nous dominer et de nous imposer leur point de vue. Or, je dis que cela ne doit pas être.
    Le respect de chacun, homme ou femme et même enfant doit aller de pair avec celui de la Nature (Minéral, Flore, Faune..) pour être en harmonie avec ce que certains appellent le Cosmos et qui pour moi représente déjà le « Milieu ambiant » .
    .

    Pour cela, il faut être « propre » avec soi-même, analyser les situations de conflits en essayant de les résoudre par le dialogue et « rayonner » autour de soi. Si une journée a été médiocre : bon, c'est ainsi mais demain sera meilleur certainement. Sachez seulement que vous êtes le seul maître de votre destin et que vous disposez de l'énergie suffisante pour aboutir à vos objectifs.... dont celui d'avoir un travail motivant et épanouissant. Même dans les pires moments de votre vie, il ne faut laisser le mot « labeur » prendre la place du mot « activité » dans lequel « actif » est au présent. Il faut vivre pleinement aujourd'hui, maintenant...ni hier qui est fini, ni le futur qui est hypothétique mais le présent...pour vous et vos enfants. Pour ma part, j'ai passé une vie professionnelle de plusieurs décennies sans m'en rendre compte...et ce n'est pas fini puisqu'en Janvier 2015, je recommencerai une nouvelle carrière !

    .

power

 

Je m'arrête sur ces 5 principes que l'on peut appeler « clés de réflexion »

.

J'ignore si ces principes auront les mêmes effets sur tous comme ce fut le cas sur moi-même. Mais le fait d'essayer ne coûte rien et je serai ravi d'entendre vos commentaires sur le sujet.
Si certains veulent les expérimenter, vous m'en trouverez heureux, surtout s'ils sont à l'origine de bons résultats.
Alors bon vent à tous, baissez les voiles dans le bon sens et allez droit devant !

 

 jaques-lamy.jpg

.

.

Ecrire à Jacques M. Lamy        fleche-rouge

.

 

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Vivre sa passion dans son travail"

Participez à cet article ...

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
jeanne
Invité

Bonjour, je suis d'accord : détermination, la volonté, la patience, mène à tout, débloque tous les obstacles...lentement mais sûrement!!! C'est mon expérience actuelle dans mon job où je ne m'épanouis plus, où j'ai fait le tour et où les fausses promesses m'ont donner l'impulsion pour m'épanouir...ailleurs.
Vivre sa passion dans son travail...je compte fermement y arriver cette année, au plaisir.

Sébastien F.
Admin

Merci pour votre participation à cet article bien passionnant. En tout cas, je vous souhaite beaucoup de succès pour la suite, courage et patience vont de pair. Au plaisir de vous relire.

Sébastien F.
Admin

Merci Jacques pour cet article, pour le partage de tes expériences et de tes conseils personnel.

Tout est possible si on y met les moyens, la conviction, la confiance. Surtout ne pas rester dans son coin, partager, entrer en contact pour construire l'avenir avec passion pour un monde meilleur. À deux, à plusieurs, c'est réalisable bien plus rapidement et c'est enrichissant.

Jacques (Brasilia-Brésil)
Invité
Jacques (Brasilia-Brésil)

Merci Sébastien pour tes propos qui me vont droit au coeur. Je ne sais pas encore l'impact que cet article pourra produire chez les uns et les autres, mais je peut affirmer que la détermination et la patience mènent à tout.
Chacun est fait pour réussir, pas pour échouer. Quand on chute, c'est pour mieux se relever ensuite.
Amitiés

Sébastien F.
Admin

C'est toujours un plaisir d'échanger Jacques. Au plaisir de te relire.

wpDiscuz
%d blogueurs aiment cette page :