Les 10 clés d’une écoute active pour devenir un bon communicateur

 

Les secrets pour améliorer votre écoute

 


 

 

Savoir écouter, cela s’apprend aussi !
Voici quelques conseils pour améliorer votre  écoute :

 

1. Préparez soigneusement la rencontre

 

Tâchez d’en savoir plus sur la personne avec qui vous vous apprêtez à discuter.

 

Qui est-elle ?

 

Comment vit-elle ?

 

Familiarisez-vous aussi avec le sujet qu’elle va aborder.

 

Écouter deviendra plus facile.

 

2. Soyez patient

 

Nous pensons plus vite que nous ne parlons ou n’écoutons.

 

Ne devancez pas les propos de votre interlocuteur.

 

Écoutez jusqu’au bout. Si vraiment vous avez tout compris avant, utilisez le temps gagné pour réfléchir à ce qui a été dit, tout en continuant à écouter !

 

3. Montrez votre intérêt

 

Bien écouter est fatigant, il exige de faire l’effort  d’écouter ce qui se dit vraiment et non simplement  “d’entendre”.

 

Montrez à votre interlocuteur que vous l’avez compris et exprimez l’intérêt que vous lui portez aussi bien par votre langage verbal que votre attitude.

 

Un simple regard ou un signe de la tête peut l’encourager à s’exprimer davantage.


4. Mettez votre interlocuteur à l’aise

 

On s’exprime plus facilement quand on se sent à l’aise.

 

Autant que possible, abolissez les barrières entre vous et votre interlocuteur (un bureau par exemple).

 

5. Maîtrisez vos émotions

 

Connaissez vos préjugés, vos partis pris.

 

Cela vous aidera à les contrôler et à empêcher qu’ils interfèrent.

 

Sexe, race, religion, situation sociale ou hiérarchique, mode de vie… autant d’éléments qui peuvent parasiter votre écoute.

 

Entraînez-vous à écouter tout le monde de la même façon.

 

6. Concentrez-vous

La distraction est une habitude qui peut vous jouer de mauvais tours.

 

Elle s’installe en général lorsque vous connaissez à l’avance le contenu approximatif du discours de votre interlocuteur et que vous êtes habitué à sa voix et ses gestes.

 

Apprenez à discipliner vos pensées et à les centrer sur ce qui est dit.

 

Prendre des notes peut s’avérer précieux pour vous aider à mémoriser et à sélectionner les points importants.

 

7. Isolez les points clés

 

Beaucoup de personnes ont du mal à s’exprimer clairement.

 

Leurs récits sont embrouillés et truffés de digressions.

 

Mais ce n’est pas parce que l’expression de votre interlocuteur est confuse que votre écoute doive l’être aussi !

 

Bien au contraire : à vous de faire le tri entre les informations importantes et les détails inutiles.

 

Répétez et reformulez les points importants pour être certain d’avoir compris : “Si j’ai bien compris…” “Ce que vous venez de dire…”, etc.

 

8. N’interrompez pas votre interlocuteur

 

Non seulement c’est une marque d’impolitesse, mais en plus, en coupant le fil des idées de votre interlocuteur, vous rendez votre tâche d'”écouteur” encore plus compliquée !

 

Laissez la parole à l’autre !

 

Beaucoup de personnes adorent s’écouter parler.

 

Or, ce n’est pas l’objectif d’une discussion car le monologue n’a jamais favorisé l’échange d’idées.

 

Ne donnez votre avis qu’au moment opportun.

 

De cette façon, vos interventions gardent un impact fort et tout le monde vous écoute avec attention quand vous parlez.

 

9. Ecoutez jusqu’au bout

 

Beaucoup de gens écoutent mal parce que, pendant que l’autre parle, leur esprit est ailleurs, déjà occupé à préparer leur prochaine réplique.

 

Écoutez attentivement jusqu’au bout – vous aurez tout le temps pour réfléchir après.

 

Si un point vous échappe, ou si vous n’arrivez pas à suivre, n’hésitez pas à demander plus d’information, à poser des questions.

 

Si vous ne voulez pas interrompre tout de suite votre interlocuteur, notez votre commentaire et revenez-y plus tard.

 

Cela vous libérera l’esprit tout en vous évitant d’oublier un point.

 

10. Mettez-vous à la place de l’autre

 

Écoutez en tâchant mentalement de vous mettre dans la peau de l’autre.

 

Vous allez très vite vous apercevoir, surtout lors d’une conversation personnelle, que ce qui compte ce sont plus les sentiments exprimés que le contenu logique !

 

Apprendre à bien écouter nécessite un long entraînement.

 

Certains points vous seront plus faciles à acquérir ou améliorer que d’autres.

 

Vous verrez comme c’est agréable de vous entendre complimenter : “C’est formidable de parler avec toi”, alors que vous n’avez presque rien dit !

 

©MMXII-304 www.communicateurs-efficaces.com

 

4 réflexions sur “Les 10 clés d’une écoute active pour devenir un bon communicateur”

  1. Jacques (Brasilia-Brésil)

    J’ai reçu dans mon adolescence une formation classique et littéraire, ce qui m’a conduit à la Fac de Droit.
    Seulement voilà, les circonstances de la vie m’ont obligé à me diriger vers des fonctions beaucoup plus techniques et publiques dans lesquelles j’étais amené à parler en public ou assister à de nombreuses réunions participatives.
    D’un tempérament timide, j’ai eu, contrairement à d’autres, que très rarement des blocages. Le trac disparaissait au moment de la prise de parole: je pouvais m’exprimer devant un petit groupe que devant 2 000 personnes (ce dont je ne vous conseille pas).
    Par contre, j’ai toujours du me surveiller quant à l’écoute. Je pense être passé par les dix points évoqués dans l’article de Sébastien et c’est un combat permanent pour bien comprendre les autres.
    Chacun voit à travers sa vérité et les passions dont nous disposons tous altèrent cette audition. Bien souvent, nous passons à côté de l’essentiel par avoir attaché de l’importance à un point secondaire qui nous a écorché au passage.
    Savoir attendre la fin d’une intervention pour obtenir la réponse à sa question demande une certaine maîtrise, tout comme ne pas interrompre le conférencier, ne pas parler en aparté avec ses voisins de table ou avoir une attitude irrespectueuse. Tout ceci s’apprend et apporte richesse d’idées et tolérance.
    Je n’ai jamais tant appris la valeur de l’écoute le jour où mon épouse essayait de couvrir ma voix parce qu’elle ne partageait pas mon point de vue. J’avais l’impression d’être dans un film américain dans lequel chacun parle sans écouter l’autre. J’ai au moins appris ce qu’était la philosophie. Au fond, elle n’avait pas totalement tord…elle m’a donné une vision à laquelle je n’aurais jamais pensé.
    Un conseil (si je peux me permettre): l’exotisme est tentant mais attention aux différences culturelles…..l’écoute est fondamentale car elle s’intègre dans les moeurs.

    1. C’est toujours un plaisir de te lire Jacques. Pour les différences culturelles, je suis exposé tous les jours, un régal, enrichissant, l’esprit s’ouvre comme une fleur. Ma conjointe vient d’une culture très différente de l’Europe. Sans respect mutuel, impossible de se comprendre.

      Pour information, pour ceux qui n’ont pas leur photo ou image au début de leur commentaire (on appelle un avatar) vous pouvez le faire sur le site suivant: https://fr.gravatar.com. C’est plus plaisant de voir avec qui on communique.
      C’est simple, facile et convivial.

  2. Jacques (Brasilia-Brésil)

    Bonsoir Sébastien,

    Pour imager mon propos, voici un diaporama que chacun peut télécharger sans crainte de virus
    : http://www.fichier-pps.fr/2014/01/03/crainte-d-einstein/
    Le virus est plutôt cette utilisation abusive de la technologie mis à la portée de tous.
    Il n’est bien sûr pas question de vivre comme les Amishes (encore qu’ils aient des valeurs que nous avons oublié) mais comme dans tout, il existe une juste mesure.
    Je l’ai encore constaté, hier au Mc Do, un couple qui communiquaient entre eux, assis à la même table. C’est triste, non?

    Amitiés

    1. C’est tellement vrai, hélas. Mais bon, utiliser la technologie intelligemment ne fait pas de mal, faut-il encore savoir le dompter sans se faire envahir. L’homme est-il assez évolué pour y faire face ??? Voila une autre question …

Participez à cet article ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :